1ière Plateforme de Médias en ligne pour le développement durable.

Guinée/Gel des comptes bancaires des commis de l’Etat: ‘’C’est une forme de lutte contre la corruption’’, estime Dr Aliou Barry de State View international

0

L’une des décisions du CNRD (Comité national pour le rassemblement et le développement)  c’est le gel des comptes bancaires des ex-ministres, des directeurs généraux et entreprises publiques sous le régime d’Alpha Condé. Cette décision représente pour un bon nombre de guinéens comme une forme de lutte contre la corruption.

C’est le cas du Directeur général de State view international, un cabinet de réalisation des études et sondage sur la gouvernance politique et économique. Pour Dr Aliou Barry, cette décision de gel provisoire des comptes bancaires des hauts commis de l’Etat est un acte salutaire

« C’est une mesure à saluer. Et en tant qu’expert, je ne peux que me réjouir de cette décision qui est prise de sitôt pour essayer de lutter contre la corruption et le détournement de biens publics. Mais ce qu’il faut d’abord, c’est d’allier à la définition du gel des avoirs pour permettre à nos auditeurs de comprendre de quoi il s’agit exactement », souligne-t-il.

Tentant de définir l’expression ‘’gel de compte bancaire’’, Dr Aliou Barry précise « le gel des avoirs consiste à empêcher l’utilisation du fonds public ou l’accès à ces fonds publics ou même des transferts oubien mouvement au niveau du fonds public ou au niveau de certains comptes des hauts commis de l’Etat qui ont eu à des moment donnés à assumer des hautes fonctions au niveau donc de l’appareil de l’Etat. Ça peut être leurs comptes personnels tout comme ça peut être les  comptes des établissements pour lesquels ils avaient la responsabilité de la gestion directement ».

Selon lui, les opérations de contrôle sur les comptes bancaires des ex-ministres, comme le préconise par ailleurs le président du CNRD, permettent de vérifier et de comprendre si réellement certains ministres ne se sont pas enrichis illicitement.

« … en fait, c’est pour la sécurisation des fonds de l’Etat. Donc ils ont décidé et je crois que c’est un gel temporaire…Mais cette mesure va au de la des comptes personnels des ministres eux-mêmes. Vous savez il y a beaucoup de départements ministériels, il y avait même certains  établissements publics à caractère administratifs   au niveau de la présidence de a république, il y a des programmes et projets d’initiatives présidentielles, donc ces projets et programmes aussi ont des fonds importants dont la gestion était confiée à certains commis de l’Etat », indique-t-il. « Il est important donc de vérifier la moralité des opérations qui ont été effectuées sur ces compte-là. Et de s’assurer que les fonds qui sont là peuvent être préservés pour le bien de l’Etat », a-t-il ajouté.

« Egalement au niveau des membres du gouvernement, il est important de voir quand il entrait en fonction ils avaient déclaré leurs biens. Maintenant qu’ils sortent du gouvernement il est aussi important de voir quel est le niveau de leurs biens et faire une comparaison et de voir s’il y a eu des cas d’enrichissement illicite », dit-il.

Selon l’économiste guinéen, il est aussi important de vérifier la source du compte bancaire d’un commis de l’Etat pour savoir d’oû proviennent effectivement ses fonds.  

« L’autre chose, c’est de vérifier la source des fonds, parce que quand vous avez le compte bancaire, ça se fait partout dans le monde, si vous êtes un commis de l’Etat vous pouvez avoir de l’argent, mais vous devez déclarer qu’elles sont vos sources et les sources là doivent être vérifiées. Et également au niveau des régies financières, des impôts, de certains établissements publics, c’est important de vérifier. Et c’est pour ça justement qu’ils ont pris la décision d’aller à ce gel de façon temporaire, le temps pour eux de vérifier la moralité des opérations qui ont été effectuées à ce niveau ».

A rappeler que le communiqué annonçant le gel temporaire de tout retrait sur les comptes bancaires des commis de l’Etat a été publié le jeudi 9 septembre dans le cadre de la sécurisation des fonds de l’État.

Sylla Youn, pour earthguinea.org

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.