1ière Plateforme de Médias en ligne pour le développement durable.

Guinée/Pisciculture : un projet de développement de pêche envisage de produire 80 mille tonnes de poissons en Haute Guinée

0 22

C’est un projet de développement de la pisciculture dans la région de la Haute Guinée, à l’initiative du Chef de l’Etat, le Pr Alpha Condé. Selon les responsables du projet, les premières séances de la pêche se sont montrées très satisfaisantes.

Sur les antennes de la radio nationale, Sory Doumbouya, le PDG de Djoliba Pêche, principal responsable du projet, affirme que cette initiative a pour objectif de produire environ 80 mille tonnes de poissons supplémentaires en pisciculture. Une façon pour le gouvernement de contribuer à la réduction de la rareté en poissons dans cette région.

« Un jour, le Président m’a interpelé après avoir fait un constat que tous les produits pêchés en poisson proviennent de la mer. Alors pourquoi ne pas développer la pisciculture étant donné que nous avons beaucoup de fleuves à l’intérieur du pays. J’ai retenu l’idée et nous avons initié des projets ».

Certes, les projets sont initiés, mais la question est de savoir à quel niveau se trouve l’état d’avancement des travaux. Sory Doumbouya répond :

« Vous savez, le besoin annuel de la Guinée en termes de poissons est de 160 mille tonnes. Donc l’idée pour nous c’est de produire 80 mille tonnes de poissons en pisciculture. Donc Kankan a le fleuve Milo, Kouroussa a le fleuve Niger, Tinkisso est à Siguiri, il y a plein de fleuves à Mandiana et partout en Haute Guinée et en forêt. Donc en termes de projet, on a pu faire une closerie, une usine  qui va produire les alevins à Kankan. Actuellement, nous produisons un million deux cent tonnes d’alevins par an ».

Puis de poursuivre : « Nous avons des étangs modernes qui sont aménagés, nous tirons l’eau à partir de Milo. Quand on fait des étangs, il faut renouveler permanemment l’eau, donc c’est là où on fait la production des alevins. Maintenant, une fois que les alevins sont produits, nous mettons les cases flottantes dans le Milo et le Tinkisso  pour le grossissement du poisson. Donc les poissons sont mis à partir de 20 grammes et puis on les nourrit jusqu’à ce qu’ils atteignent  800 à 1000 grammes »

Selon lui, le programme suit son cours normal. Pour l’heure, ils ont réussi à aménager plusieurs sites piscicoles dans les préfectures de Kankan, Siguiri et de  Mandiana.

« Actuellement nous avons fini l’aménagement de Kankan, nous en avons fait à Siguiri dans les sites de la SAG. Nous avons aussi des sites qui seront bientôt finalisés à Kouroussa et à Mandiana », rassure Sory Doumbouya.  

A la question de savoir les moyens dont ils disposent, il répondra que « Les moyens sont privés. Le Chef d’Etat en personne aussi a pris en charge en ce qui concerne le site de Siguiri. Ce projet lui tient à cœur. Donc tous les jours, il nous motive pour qu’on puisse réaliser ce rêve ».  

Ce sont des poissons de grande qualité, dit-il, dont la consommation locale permettra d’apporter un grand changement dans le panier de la ménagère en termes de sécurité alimentaire. En termes d’enveloppe financière, les frais de réalisation du projet s’élèvent à près de deux millions de dollars.

« Pour le moment, nous avons une enveloppe financière à peu près de deux millions de dollars. Mais tout le monde peut le faire à leur mesure, ce n’est pas forcement que les gens parlent en milliards. L’objectif c’est de produire les alevins et fournir aux paysans qui n’ont pas les moyens, et on leur fournit aussi les matériels. Ce sont eux qui font le grossissement, ils vendent et  gagnent leur argent, ensuite ils nous remboursent le capital. Et ça c’est pour aider la population à être autonome »

« C’est une technologie Israélienne. On a des experts israéliens qui sont avec nous qui apprennent nos frères à la technique. Et après ils vont partir et  les jeunes guinéens à leur tour, vont être les opérateurs sur les sites piscicoles ».  

Il faut dire qu’à Kankan, les premières pêches ont été très concluantes, se félicite Sory Doumbouya  « on a été vraiment satisfait du rendement, la deuxième pêche est effectuée  et dans deux semaines encore nous allons procéder à la troisième pêche ».

Il dira que ce projet de développement de pêche  en Haute Guinéevise à relever le défi, celui d’arrêter d’envoyer les poissons vers l’intérieur du pays. Il ajoute :  

« En application de son rêve qui (le président de la République, ndlr) veut que la Guinée se prenne en charge,  en ce qui concerne l’alimentation. C’est pour cette raison qu’il a décidé de mettre dans son programme et initier un vaste programme de pisciculture, l’agriculture et l’aviculture, c’est pourquoi nous sommes en train de l’accompagner pour que nos régions puissent se développer », a-t-il conclu.

Décryptage de Sylla Youn, pour earthguinea.org

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Warning: compact(): Undefined variable $id in /home/u729532777/domains/earthguinea.org/public_html/wp-content/themes/publisher/includes/libs/bs-theme-core/listing-pagin/class-publisher-theme-listing-shortcode.php on line 379
class=" bs-listing bs-listing-listing-text-1 bs-listing-single-tab pagination-animate">

Latest News