1ière Plateforme de Médias en ligne pour le développement durable.

Entreprenariat jeunes: La première édition du ‘’Café des Opportunités’’, lancée par PVNU

0

Le  Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD-Guinée) en étroite collaboration avec le Programme des Volontaires des Nations Unies (PVNU) et le projet Youth Connekt For Women, a organisé dans l’après-midi du vendredi, 29 octobre 2021, à Conakry, la première édition du ‘’Café des Opportunités’’.

C’est une activité promotrice de l’emploi et de l’entreprenariat des femmes pour éliminer peu à peu, les disparités entre les genres en milieux professionnels. Elle a pour objectifs, d’échanger avec les femmes sur les défis de leur employabilité, promouvoir l’égalité des sexes. C’est-à-dire encourager un grand nombre de femmes à postuler aux opportunités d’emplois, informer les femmes sur les opportunités d’emplois existantes au sein des entreprises, organismes et institutions, ensuite promouvoir l’entrepreneuriat féminin.

Ce panel qui regroupe des femmes responsables (entrepreneures, chargés des ressources humaines etc…), des femmes leaders, hommes évoluant sur la thématique des genres, a pour participantes des étudiantes et femmes diplômées, ensuite des groupements de femmes. Il a pour but de créer un espace d’échange, de contact et de partage d’opportunités avec les jeunes filles/femmes.

Dans son allocution, la coordinatrice pays du PVNU Koumba Dieng, a fait savoir que le ‘’ Café des Opportunités’’ est un espace de rencontres, d’échanges, de partages mais aussi de réseautages que le PNUD et PVNU ont eu à initier à travers le projet Youth Connekt For Women.

Selon madame Dieng, ils ont constaté, quand les jeunes  finissent leurs études, ils ne sont pas beaucoup connectés  aux opportunités. Ni aux opportunités d’emplois, ni aux opportunités d’entrepreneuriats. 

« Des fois, les jeunes entrepreneurs ont tendance à se perdre malgré les nouvelles technologies de l’information, voir les site web, les réseaux sociaux. Donc l’idée c’est de les inviter pour échanger avec eux sur les opportunités dont nous disposons au sein du Système des Nations Unies mais, pour un deuxième temps, on compte l’élargir au secteur privé mais pourquoi pas aussi au secteur public. Parce qu’il est important pour les jeunes, à la fin de leurs études ou bien même pendant les études à l’Université, de savoir de quoi les entreprises ont besoin et ce dont les gens ont besoin de chercher. Pour quelqu’un qui finit l’Université, il est important qu’il sache ces astuces-là. Le ‘’Café des Opportunités’’ est ouvert à tout le monde mais surtout, le focus est basé sur les jeunes filles et les jeunes dames. Ce n’est pas de la discrimination parce que, les difficultés sont plus constatées à ce niveau-là», explique-t-elle.

Pour le coordinateur du programme Youth Connekt For Women Moussa Dioubaté, ce programme consiste à renforcer les compétences et les capacités des jeunes en vue de leur permettre d’accéder à l’emploi. Ce volet qui s’intéresse aux jeunes filles, voudrait que ces jeunes filles puissent échanger avec les femmes qui ont acquis une certaine expérience professionnelle, qu’on peut même appeler une certaine réussite. Cela  leur permettra de pouvoir s’inspirer du vécu et  de l’expérience de ces femmes, afin d’éviter des erreurs dans leur carrière.

De son côté la panéliste, la cheffe du Bureau International Trade Center Hann Dienaba Kéïta, a transmis à ces jeunes filles d’avoir un rêve car dit-elle, c’est travers ce rêve qu’on fera preuve de persévérance et de courage. Pour réaliser ce rêve-là, il faut respecter toutes les barrières, les obstacles et surmonter les challenges qui sont autour de l’environnement culturel, socio-culturel, voir même les challenges au niveau de la connaissance. C’est-à-dire savoir s’adapter, rebondir et s’insérer dans un endroit qui, parfois n’est pas le nôtre.

Notons que les participantes se sont réjouies de cet échange et, que leurs attentes s’inscrivent dans le cadre des défis de l’employabilité des femmes qui ont été identifiées en présence des experts en ressources humaines, tout en espérant avoir un pourcentage de femmes postulants aux offres d’emplois à la hausse, voir même une forte représentativité de la couche féminine dans les services.

Bolokada Sano pour earthguinea

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.