1ière Plateforme de Médias en ligne pour le développement durable.

Sommet sur le climat de Biden: des activistes appelle les dirigeants africains à faire pression

0

Le mouvement pour le climat appelle les dirigeants africains à faire pression pour une action climatique concertée durant le sommet du Président Biden

À l’échelle de l’Afrique – Alors que 40 dirigeants de pays se réunissent pour participer à la première étape de l’entrée sur la scène internationale du climat du Président Biden, des militants climatiques de toute l’Afrique exhortent ses dirigeants à prendre des mesures décisives sur ce qui affecte le plus le climat – et à mettre fin aux combustibles fossiles maintenant.

Parmi les 40 dirigeants conviés se trouve le Président de la République Démocratique du Congo (RDC), Félix Tshisekedi, actuel Président de l’Union Africaine et à ce titre représentera les intérêts et les ambitions climatiques de l’Afrique. Le Sommet des dirigeants sur le climat aura lieu les 22 et 23 avril et vise à souligner l’urgence d’une action climatique immédiate et plus forte. Ce sera une étape clé sur la route de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 26) en novembre à Glasgow.

Citation de porte-parole en prélude au sommet du climat

Au cours du sommet virtuel, les principales économies du monde partageront leurs efforts pour réduire les émissions au cours de cette décennie critique afin de maintenir à portée de main une limite de réchauffement de 1,5 degré Celsius.1,5 degré Celsius est notre phare mondial pour l’action climatique. La sécurité et le bien-être de millions d’Africains dépendent du fait de rester en deçà. Mais il nous échappe très souvent et nous devons de toute urgence réduire de moitié les émissions mondiales d’ici 2030, ce qui signifie que nous devons limiter la consommation de combustibles fossiles et arrêter tous nouveaux développements tels que les projets EACOP et Mozambique LNG qui menacent cette ambition climatique.

La résolution de la crise climatique nécessite plus qu’une simple réduction du carbone; nous avons besoin d’une action audacieuse qui donne la priorité aux sources d’énergie alternatives qui répondent aux besoins des populations et accélèrent les investissements dans de véritables solutions climatiques dans le but de conduire une transition rapide et durable loin des combustibles fossiles.

– Landry Ninteretse, Directeur Afrique de 350.org

La crise climatique détruit déjà de vastes parties du continent Africain. C’est tragique et ironique quand on pense à la façon dont l’Afrique est l’un des plus faibles émetteurs de CO2 et pourtant elle est parmi les plus touchées. Les dirigeants doivent faire le pas décisif pour garder tous les combustibles fossiles dans le sol! Nous ne pouvons pas manger de charbon et nous ne pouvons pas boire de pétrole.Nous exigeons de nos dirigeants plus que des promesses vides, des solutions vides et des négociations vides durant le sommet sur le climat du Président Biden. Nous devons tous maintenir la pression sur nos gouvernements nationaux et internationaux pour qu’ils prennent des mesures urgentes dès maintenant pour réduire les émissions de carbone et assurer une relance juste en créant un monde durable et sans fossiles.

– Vanessa Nakate, Activiste Climatique en Ouganda et Fondatrice du Mouvement RiseUp

La décision d’autoriser l’exploration pétrolière dans les zones protégées en Afrique telles que le parc national des Virunga est non seulement une menace pour le climat mais aussi pour les communautés locales, leurs moyens de subsistance et les habitats d’espèces en danger critique d’extinction. Nous appelons les Présidents Africains à jouer leur rôle dans la limitation du réchauffement de la planète et nous leur demandons instamment de cesser d’autoriser et de délivrer des licences aux entreprises de combustibles fossiles dans leurs pays, comme Efora, qui cherchent à en bénéficier tout en privant les communautés locales de leurs droits.

– André Moliro, Activiste Climatique en RDC

Les gouvernements du monde entier se tournent vers des alternatives énergétiques propres, efficaces et durables. Le Nigéria étant signataire de l’Accord de Paris, il n’y a plus de place pour les émissions de carbone résultant de l’extraction du charbon. Après des années d’octroi de licences à l’industrie des combustibles fossiles, le Nigéria subit toujours des coupures d’électricité extrêmes, de nombreuses personnes n’ayant toujours pas accès à l’électricité. De plus, une énorme population reste pauvre même après les promesses de progrès économiques dans le pays. Il est temps pour le gouvernement nigérian d’adopter une économie verte, de mieux reconstruire et d’arrêter la délivrance de toute nouvelle licence pour l’exploration de combustibles fossiles dans le pays.

– Michael Terungwa, Chargé de Campagne à Initiative Globale pour la Sécurité Alimentaire et la Préservation des Écosystèmes au Nigeria


Contact: Robert Magori
Tel: +254 721 525344
Email: robert.magori@350.org


Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.