1ière Plateforme de Médias en ligne pour le développement durable.

Vol, viol et cybercriminalité : Des présumés auteurs présentés à la presse

0

Selon les explications du Commissaire Henry Fack de l’OPROGEM, il s’agit de trois dossiers. Le premier dossier, est un cas d’enlèvement d’une fillette de trois ans par une jeune fille du nom d’Aicha Camara, âgée de 15 ans. Elle est sans profession en provenance de Siguiri dans le cadre du lavage de lessive pour les clients. Pendant l’exercice de ses activités, elle a intercepté un enfant de trois ans d’un citoyen. Elle l’a kidnappé et gardé pendant huit jours.

« J’ai été envoyée pour laver les habits. Mais quand je suis arrivée, j’ai vu l’enfant, je l’ai aimé c’est pourquoi je l’ai pris pour l’amener avec moi. Mais comme je n’ai pas de moyens pour la nourrir et ni l’habiller, pour ne pas avoir de péché avec elle, c’est pourquoi je me suis déclarée à la police ».

Le second dossier, est un cas de viol qui a été transféré par leurs collègues agents du commissariat d’Enco5 sur une fillette de 7 ans. Dans ce dossier, le présumé auteur, Aboubacar Sidiki Bah, nie en bloc les accusations portées contre lui. Mais selon le commissaire Henry Fack, la fille qui a subi le viol été référée à la médecine légale. Après analyse, il a été détecté un cas de viol datant de 15 jours, donc c’est un attouchement récent.

«  …Je ne connais rien dans cette affaire. Ils nous ont trouvé assis mes amis et moi, du coup une fille a débarqué avec son père, son père lui a demandé de choisir quelqu’un parmi nous qui l’a violée, et son papa m’a dit de me lever, je me suis levé, il m’a ensuite demandé de le suivre, je l’ai suivi jusqu’à chez eux, il ma demandé si c’est moi qui ai violé sa fille, j’ai dit non ce n’est pas moi. Il m’a demandé d’aller au commissariat avec lui, je suis allé avec lui. Donc ce n’est pas moi ».

Le troisième dossier le plus attrayant d’ailleurs, est un cas de cybercriminalité de l’atteinte à l’image et aux bonnes mœurs. C’est un jeune du nom de Fodé Bangaly Camara qui se fait appeler sur les réseaux sociaux Mohamed Canadien Condé, Ibrahima Camara, ou encore Stars Boy Fodé. Il prend contact avec des filles sur les réseaux sociaux pour leur proposer en mariage. Dans un premier temps, il entretient des relations amicales avec elles avant de les promettre le mariage. Il va vous envoyer de l’argent de temps à autre, mais par la suite il va vous demander de lui envoyer votre image à l’état vraiment intime. Donc aussitôt qu’il a des photos, il commence à parler de leur famille qu’ils ont leur propre coutume, que lorsque tu dois épouser une femme dans leur famille, si c’est le grand frère, la femme doit coucher d’abord avec le petit frère.

« Moi j’ai trois comptes juste pour m’amuser avec les filles, je prenais les photos d’un artiste congolais pour mettre sur le profil, il y a certaines filles qui m’envoyaient l’invitation pour dire mon frère tu es beau, ceci et cela. Donc c’est là-bas l’idée m’est venue directement. Quand je vois que l’amour est fort, je leur dis si tu veux qu’on se marie, dans notre famille on a une coutume, cette coutume là tu dois d’abord faire des relations intimes avec le petit frère. Donc avec ça j’ai eu des relations intimes avec trois filles. Et là j’assume, mais par contre j’ai la photo de certaines personnes ».

Selon le commissaire Henry Fack, ces présumés auteurs seront traduits devant la justice pour répondre effectivement de leurs actes sachant que le vol, le viol et la cybercriminalité sont des pratiques qui sont formellement interdites dans notre société.  

Sylla Youn, pour eartguinea.org

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.