Partage de bonnes pratiques: Cas des forêts communautaires au Mali par l’ONG AFAD

2 14

Dans notre série de partage des bonnes pratiques, nous parlerons dans cette tribune, de l’expérience de l’ONG AFAD du MALI dans l’afforestation, à travers des forêts communautaires.

Lisez ci-dessous, un article de notre contributeur du Mali,Ahmed Sékou Diallo.

Le Ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement Durable du Mali à travers son Agence pour l’Environnement et le Développement Durable (AEDD) a signé un protocole de financement avec l’ONG AFAD dans le cadre des travaux d’afforestation (enrichissement,  régénération naturelle assistée et  mise en défens) dans les forêts communautaires de Fallou et Niamana afin d’améliorer le taux de couverture végétale et la conservation de la biodiversité.

Ces travaux d’afforestation, contribuent au recouvrement de la diversité floristique par le truchement de la réintroduction de certaines espèces locales menacées (Acacia Sénégal, Tamarindusindica, Balamitès aegyptiaca, Acacia Albida, Borassusa eathiopium, etc…). Ainsi donc, c’est 50 ha  qui ont été enrichis à travers 20 000 plants  dont 10 000 plants pour 25 ha par commune et sécurisés.

En outre, L’ONG AFAD a entrepris courant août 2017, des actions dans les deux  communes telles que :

  • La mise en défens de 20 ha avec une clôture en grillage  dans 02 massifs villageois à raison de 10 ha par massif ;
  • Des activités de régénération naturelle assistée (RNA) de sur 400 ha dont 200 par commune

Ces actions sont novatrices parce que initiées par le Gouvernement Malien et mise en œuvre par une ONG Nationale avec la participation active des différents acteurs notamment les services techniques et les groupes de populations.

Les populations ont été fortement mobilisées à toutes les étapes et se sont appropriées le projet : les travaux de protection, d’entretien,de délimitation des parcelles, de regarnissage,  de mise en place des grillages de protection, etc.

L’ONG AFAD et le Service des Eaux et Forêts ont procédé au renforcement des capacités des acteurs et à la mise en place de structures de gestion /surveillance.

L’éducation environnementale suit sont cours à travers les radios locales et les animations de l’équipe du projet.

D’ici quelques années, les populations des communes de Fallou et Niamana pourront voir leurs forêts reconstituées suite à un changement de comportement positif. Un exemple qui fait tache d’huile et mérite une mise à l’échelle.

Ahmed Sékou Diallo
Directeur Exécutif ONG AFAD
MALI

Ahmed Sékou Diallo

Directeur Exécutif ONG AFAD

Membre de GCOZA/RESAD

Cette expérience vous a plu? Vous voulez en savoir davantage? Contactez l’ONG AFAD aux adresses suivantes

Association de  Formation et d’Appui  au Développement

Organisation Non Gouvernementale

AFAD SIEGE

 B.P.E 805 Bamako – Mali Tél. / Fax : (223) 20 20 18 30 / 76 45 09 11 / 76 45 09 08/44 39 25 47

Email : ongafad@orangemali.net / sahmediallo@gmail.com

Faladiè –Séma –Rue 822 / Porte 442 sur la rue du Gouverneur

Ressources #EarthGuinea

En savoir plus sur la RNA (Régénération Naturelle Assistée)

Pour faire face à la dégradation des ressources environnementales, plusieurs techniques sont développées dont la méthode (RNA) ou  Régénération Naturelle Assistée.

La RNA est une approche agro-forestière dont le but est de provoquer ou de stimuler la régénération naturelle d’espèces ligneuses à buts multiples et / ou leur développement et leur intégration dans l’espace agricole (champ) pour qu’elles puissent augmenter le rendement total de cet espace (UICN, 2009). Elle constitue une pratique séculaire consistant à épargner et à entretenir dans la parcelle de culture, les régénérations naturelles spontanées à des densités désirées. Les régénérations spontanées sont aussi occasionnées par les graines d’arbres contenues dans la fumure organique, notamment de celle des petits ruminants (ovins, caprins). source: mediaterre

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

2 commentaires

  1. Philippe dit

    Dites-moi après combien de temps faut-il commencer à exploiter une foret communautaire que l’on crée maintenant et, de quel especes d’arbres faut-il planter pour la rentabilité économique durable des populations communautaires villageoises ? Merci.

    1. Ahmed dit

      Merci pour cette question pertinente. Il faut une dizaine d’années pour permettre une bonne régénération et aux espèces plantées de grandir. Certaines espèces commencent à donner des fruits après 5 ans d’autres plus.
      Les espèces qui rapportent en tant que AGR sont entre autres: la gomme arabique, le karité, le jujubier greffé, .. …

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.