Le concept #SelfieDéchets 

0 10

Le #SelfieDéchets  est une campagne d’alerte à l’insalubrité dans la capitale Conakry qui, depuis quelques années est caractérisée par des tas d’immondices à travers  la ville, le long des carrefours, des hôtels, des hôpitaux, des marchés, des écoles et même des Ministères et autres bâtiments publics.

Il s’agit de prendre une photo en selfie devant les tas d’immondices tout en ressortant les lieux environnants. Etre de la photo, montre l’authenticité de l’image, démontre qu’on a pris conscience de l’état des lieux.C’est également une façon de montrer notre responsabilité face à l’insalubrité en tant que citoyen. C’est  notre engagement à lutter contre les déchets dans notre localité.

Ces objectifs vont en droite ligne avec la campagne FemmeVision2030  qui vise à l’information, la sensibilisation, le plaidoyer,  la vulgarisation des Objectifs du Développement Durable à l’endroit des jeunes et des femmes dans le but de faire d’eux des acteurs du développement durable

.

Le Déclic :

La Guinée a signé des accords au niveau international dont la convention des nations unies sur la lutte contre le changement climatique qui implique la lutte contre les gaz à effet de serre. L’état d’insalubrité de la capitale avec les ordures non triées jetées en plein air constituées de matières plastiques, de produits chimiques et médicaux, la pollution des bordures de mer, l’usage par les ménages du charbon et du bois de chauffe sont contraires aux clauses de cette convention.

L’insalubrité à Conakry a une incidence sur la santé des populations qui vivent quotidiennement avec les déchets, ce qui,  à la longue,  créera des problèmes de santé pulmonaires, respiratoires, développer de nouvelles formes de bactéries et de virus, causera à la longue des épidémies encore non connues des services de santé.

L’insalubrité à Conakry est  une menace pour la sécurité humaine. Les tas  d’immondices entassées le long des rues sont brulés par les citoyens pur s’en débarrasser. Cela se fait à côté des poteaux Haute Tension, des stations services,  des citernes de carburants, des centrales thermiques. En cas d’incendie, le feu sera difficilement maitrisable car tous les quartiers de la capitale ne disposent pas de services de pompiers.

L’insalubrité à Conakry est une menace pour les infrastructures routières. En brulant les déchets sur la chaussée, et les ponts, les citoyens ne  se rendent pas compte de l’impact du feu  qui finira par affaisser les ponts et  dilater les goudrons.

Au moment où le monde entier est confronté au terrorisme, les tas d’immondices sont une menace pour la sécurité des populations car des personnes mal intentionnés peuvent passer par ces décharges sauvages pour  faire leur salle besogne, sans compter que ces lieux sont des cercles tournants des stupéfiants et parfois de criminalité.

Pourquoi la ville est si sale ? Quelles peuvent en être les conséquences ?

La campagne #SelfieDéchets , outre l’alerte, la dénonciation, sensibilise et va à la rencontre des principaux acteurs : Les citoyens (qui salissent), les transporteurs de déchets, la visite des décharges pour s’enquérir de l’état des lieux.

Combattre le mal à la source

Après l’échec de plusieurs campagnes d’assainissement, (car les endroits assainis le matin, redevenait sale la nuit), l’équipe de selfiedéchets  s’est donc dit de changer d’approche. Il s’agit  donc de combattre la cause de l’insalubrité pour résoudre le problème. Au cours des différentes enquêtes, l’équipe a constaté que Conakry ne dispose d’aucune décharge digne de ce nom. La seule décharge existante est celle de concasseur, une décharge sauvage située au plein cœur de la capitale où sont entassés tous les déchets en provenance de tous les quatre coins de la capitale et ensuite brulés. L’endroit est pollué et insupportable. Pourtant des familles vivent dans les environs.

La Guinée ne dispose donc pas de décharge industrielle où les déchets peuvent être collectés, triés et compostés  pour réduire leur impact sur la nature.

Malgré les  PME (petites et moyennes entreprises) chargées de collecter les déchets des ménages aux lieux de centralisation, les services publics de transports de déchets n’assurent pas régulièrement leur transfert à la décharge. Ce qui fait que les déchets restent entassés pendant longtemps dans les carrefours et finissent par être brulés par les riverains à cause de l’odeur.

Les déchets, source d’épidémie

En cas de maladie de masse, nos hôpitaux ne sont pas préparés à intervenir sur certains types de maladies. Les déchets jetés dans la nature peuvent créer de nouvelles souches de maladies encore méconnues des scientifiques.

Malheureusement, la Guinée ne dispose pas  de tableau de bord de prospection sur la santé des populations, les recherches ne sont pas anticipés pour faire face aux nouvelles maladies qui peuvent survenir dans les mois où années à venir. Il faut noter qu’avec le réchauffement climatique, beaucoup de maladies maigres comme les hommes.

L’insalubrité à Conakry ralentir la croissance économique

Avec la pollution de la ville, la croissance économique va baisser car si tous les hommes valides tombent malades avec des allergies causées par les immondices, cela aura une conséquence sur le PIB. Le pays dépensera beaucoup d’argent pour les évacuations sanitaires, pour lutter contre les épidémies, pour l’achat des médicaments.

Les déchets peuvent être source d’épidémie. Et en cas de maladie de masse, nos hôpitaux ne sont pas préparés à intervenir sur certains types de maladies. Les déchets jetés dans la nature peuvent créer de nouvelles souches de maladies encore méconnues des scientifiques. Nous savons tous que nous n’avons pas de tableau de bord de prospection sur la santé des populations, je veux dire par là que nous n’anticipons pas les recherches pour faire face aux nouvelles maladies qui peuvent survenir dans les mois où années à venir. Alors qu’avec le changement climatique, beaucoup de maladies maigres comme les hommes.

C’est dire que les ordures sont une menace  pour l’économie des pays.

Les Déchets facteur de création d’emplois

Avec un peu de vision, les déchets peuvent être une opportunité de création d’emplois. Avec une bonne structuration, le recyclage peut faire vivre des citoyens, des industries peuvent être créées. Certaines familles arrivent à gagner jusqu’à près de 30 euros/Jours grâce au recyclage. Leur revenu mensuel dépasse donc un fonctionnaire guinéen. C’est dire que la filière du recyclage est pourvoyeuse d’emploi.  #SelfieDéchets  mène des actions de sensibilisation au tri des déchets et compte à terme promouvoir des activités génératrices de revenus comme l’artisanat en faveur du développement durable. Il s’agira de fabriquer des articles à base de produits recyclés notamment en impliquant les couches vulnérables qui pourront ainsi gagner leur pain en sortant de la mendicité.

Aujourd’hui, la Guinée peut même être productrice de carburants verts à base de déchets. Notre biodiversité est riche et on risque de la perdre avec les tas d’immondices qui polluent la ville.

 Les déchets peuvent impactés le secteur de la pêche, de l’agriculture. Par avec les toxines qu’ils dégagent, la qualité des aliments pourra être réduite, les poissons et autres espèces marines seront contaminées, la nappe phréatique sera contaminée. L’eau que consomment les hommes et les animaux sera polluée.

Les déchets source d’énergie

En Guinée, la plupart des ménages utilisent encore du charbon de bois (dans les familles à revenus élévés comme dans celles à revenus moyens) bien que ce dernier ait été classé comme un élément destructeur de l’environnement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle des conventions ont été signées et ratifiées par pleins de pays pour réduire voire interdire l’utilisation du charbon. Pour rappel, pour produire 1 kg de charbon il faut 3 kilos de bois en moyenne.

Les déchets sont donc une bonne alternative à la coupe du bois. Transformés en compost, ils peuvent être substitués aux bois de chauffe et même être transformés en gaz.

Il existe beaucoup d’autres solutions pour réduire l’échelle d’utilisation du charbon qui crée beaucoup de problème de santé aux femmes qui utilisent le plus souvent du plastique pour  allumer le feu. Ce qui double les risques car le charbon et le plastique combinés dégagent des gaz à effet de serre qui sont la principale cause du réchauffement climatique.

Dans notre pays, le gaz  butane n’est pas subventionné et coûte au moins 160000 Gnf (20 à 25 US) la recharge de 6 kg. Ce qui ne peut pas suffir pour la consommation d’une famille nombreuse avec des salaires dérisoires.

Il revient donc aux citoyens  de veiller à ce que le gouvernement respecte les engagements signés au niveau international,  des conventions  dont la mise en œuvre devrait aboutir  à des politiques qui permettent d’avoir de l’énergie à coût réduit pour réduire les coupes abusives de bois.

 Il s’agit également de promouvoir des astuces palliatives pour réduire la consommation du charbon avec par exemple l’utilisation des foyers améliorés et des cuiseurs solaires.

Avec la désignation du Président de la République, Pr Alpha Condé, comme coordonnateur des énergies renouvelables, notre pays devrait être un exemple dans l’utilisation des sources d’énergies moins polluantes. C’est une opportunité à saisir pour faire du transfert de technologies.

Reportages vidéo état des lieux de l’insalubrité dans la capitale

https://www.facebook.com/1647255388898532/videos/1707651319525605/?hc_location=ufi

https://www.facebook.com/1647255388898532/videos/1705247123099358/?hc_location=ufi

https://www.facebook.com/1647255388898532/videos/1707141842909886/?hc_location=ufi

#SelfieDéchets 

Groupe Facebook : https://www.facebook.com/groups/1254431807974720/?fref=ts

Page facebook : @SelfieDéchets

Page Twitter : @SelfieDéchetsGn

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.