#JMA2017: une sécurité alimentaire favorable à tous pour promouvoir le développement

1 30

Ce 16 octobre 2017, le monde a célébré la journée internationale de l’alimentation. En Guinée cette journée a été fêtée dans la région de Mamou sous le thème « changeons l’avenir des migrations, investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural ».

Pour faire face aux effets de la migration irrégulière, cette journée a été consacrée à analyser la façon dont l’alimentation et l’agriculture peuvent contribuer à réduire ce phénomène. Selon le rapport ‘’l’Etat de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017’’ (SOFI), huit cent quinze millions de personnes souffraient de la faim en 2016, soit trente-huit millions de plus qu’en 2015(sept cent soixante-dix-sept millions).

795 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, soit 1 personne sur 9

Les conflits, la pauvreté rurale et le changement climatique exigent une attention grandissante car ce sont autant de facteurs qui exacerbent les migrations de détresse, lesquelles engendrent tout un entrelacs de problème d’ordre moral, politique et économique pour les migrants, leurs communautés d’accueil éventuelles et les points de transit.

Sachant que la plupart des pauvres vivent en milieu rural et de nombreux jeunes ruraux, en particulier en Afrique subsaharienne, migrent en l’absence d’opportunités productives, la FAO dirige ses efforts dans la sécurité alimentaire tout en appuyant les groupements de femmes, les associations de planteurs, d’éleveurs, de pécheurs … dans leurs activités. C’est dans cette dynamique qu’elle a appuyé l’association des planteurs CPH de Dalaba de 1980 à 1990 dans le tri variétal des productions.

La malnutrition provoque la mort de 3,1 millions d’enfants de moins de 5 ans chaque année, soit près de la moitié (45%) des causes de décès.

La FAO a donc compris qu’il faut d’urgence des opportunités d’emplois décents qui peuvent être créées par l’agriculture productive et des activités de soutien. La recherche semencière, le crédit, les infrastructures de stockage et les entreprises agroalimentaires sont nécessaires pour convaincre les rangs croissant des jeunes des zones rurales qu’ils peuvent trouver sur place un sort meilleur que de dangereux périls vers des destinations inconnues. « La FAO s’attaque aux causes structurelles de la migration. Elle s’emploie à promouvoir des mesures stratégiques en faveur des personnes vulnérables » a affirmé Mohamed Hamagar le représentant en Guinée.

Elhadj Boye Mamadou Dara Timbo le N°1 des planteurs de #Mamou.#JMA2017

Au cours de cette journée, des expositions ont été faites sur les variétés suggérées au développement des cultivateurs et au niveau des consommateurs. Un marathon a été également organisé pour montrer l’engagement commun en faveur de l’alimentation, intitulé ‘’course contre la faim’’ qui a réuni des jeunes filles et garçons de quelques écoles de Mamou.

Course contre la faim-Mamou

Elle a été clôturée par la remise des prix de meilleurs producteurs à quelques  groupements de femmes et d’hommes. Le lot était composé d’ une semence d’aubergine, de gombo et de chou ( 5kg)  des engrais NPK 300 kg et des engrains Urée technique 46% : 200 kg, un bourrette dix râteaux et dix pelles.

Ada CAMARA

Depuis Mamou

Pour EarthGuinea.org

Plus d’informations : info@earthguinea.org

Ressources Documentaires EarthGuinea.org

Combattre la faim dans le monde et promouvoir l’Agriculture durable font partie de l’objectif 2 des Objectifs du Développement Durable adopté aux Nations Unies par les pays membres

Voici les cibles identifiées pour atteindre cet objectif:

2.1 D’ici à 2030, éliminer la faim et faire en sorte que chacun, en particulier les pauvres et les personnes en situation vulnérable, y compris les nourrissons, ait accès tout au long de l’année à une alimentation saine, nutritive et suffisante

2.2 D’ici à 2030, mettre fin à toutes les formes de malnutrition, y compris en réalisant d’ici à 2025 les objectifs arrêtés à l’échelle internationale relatifs aux retards de croissance et à l’émaciation parmi les enfants de moins de 5 ans, et répondre aux besoins nutritionnels des adolescentes, des femmes enceintes ou allaitantes et des personnes âgées

2.3 D’ici à 2030, doubler la productivité agricole et les revenus des petits producteurs alimentaires, en particulier les femmes, les autochtones, les exploitants familiaux, les éleveurs et les pêcheurs, y compris en assurant l’égalité d’accès aux terres, aux autres ressources productives et intrants, au savoir, aux services financiers, aux marchés et aux possibilités d’ajout de valeur et d’emploi autres qu’agricoles

2.4 D’ici à 2030, assurer la viabilité des systèmes de production alimentaire et mettre en œuvre des pratiques agricoles résilientes qui permettent d’accroître la productivité et la production, contribuent à la préservation des écosystèmes, renforcent les capacités d’adaptation aux changements climatiques, aux phénomènes météorologiques extrêmes, à la sécheresse, aux inondations et à d’autres catastrophes et améliorent progressivement la qualité des terres et des sols

2.5 D’ici à 2020, préserver la diversité génétique des semences, des cultures et des animaux d’élevage ou domestiqués et des espèces sauvages apparentées, y compris au moyen de banques de semences et de plantes bien gérées et diversifiées aux niveaux national, régional et international, et favoriser l’accès aux avantages que présentent l’utilisation des ressources génétiques et du savoir traditionnel associé et le partage juste et équitable de ces avantages, ainsi que cela a été décidé à l’échelle internationale

2.a Accroître, notamment dans le cadre du renforcement de la coopération internationale, l’investissement en faveur de l’infrastructure rurale, des services de recherche et de vulgarisation agricoles et de la mise au point de technologies et de banques de gènes de plantes et d’animaux d’élevage, afin de renforcer les capacités productives agricoles des pays en développement, en particulier des pays les moins avancés

2.b Corriger et prévenir les restrictions et distorsions commerciales sur les marchés agricoles mondiaux, y compris par l’élimination parallèle de toutes les formes de subventions aux exportations agricoles et de toutes les mesures relatives aux exportations aux effets similaires, conformément au mandat du Cycle de développement de Doha

2.c Adopter des mesures visant à assurer le bon fonctionnement des marchés de denrées alimentaires et des produits dérivés et faciliter l’accès rapide aux informations relatives aux marchés, y compris les réserves alimentaires, afin de contribuer à limiter l’extrême volatilité du prix des denrées alimentaires

Si les agricultrices avaient le même accès aux ressources que les hommes, le nombre de personnes souffrant de la faim dans le monde pourrait diminuer de 150 millions.

Cliquez ici pour lire la déclaration du Gouvernement guinéen à travers le Ministre d’Etat, Secrétaire Général de la Présidence, Ministre de l’Agriculture 

Le Président de la Banque africaine de développement (BAD) ‘‘Akinwumi Adesina », lauréat 2017 du Prix mondial de l’alimentation. Il compte consacré 250 000 dollars  de son prix à un fonds destiné à soutenir les jeunes agriculteurs et entrepreneurs agricoles, les “agripreneurs” d’Afrique.

 »Je m’engage à consacrer les 250 000 dollars de ma récompense du Prix mondial de l’alimentation pour mettre en place un fonds entièrement dédié au financement des jeunes Africains actifs dans l’agriculture pour nourrir l’Afrique.  Nous allons nous lever et nourrir l’Afrique. Le jour viendra très bientôt, où tous ses enfants seront bien nourris, quand des millions de petits fermiers pourront envoyer leurs enfants à l’école. Alors vous entendrez un nouveau refrain à travers l’Afrique : « Dieu merci, nos vies se sont enfin améliorée ».

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

1 commentaire

  1. Johnk156 dit

    Hey very nice blog!! Man .. Beautiful .. Amazing .. I’ll bookmark your website and take the feeds alsoI am happy to find a lot of useful info here in the post, we need work out more techniques in this regard, thanks for sharing. . . . . . fcagfkkdcedd

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.