Guinée/Recyclage : Des pneus usés transformés en pots de fleurs et fauteuils

0 93

 »Les sacs bleus », c’est le nom d’une association de jeunes qui ramassent de vieux pneus qui finissent leur course sur les plages de la capitale guinéenne. Ils sont transformés par la suite en objets de décoration.

Origine de l’idée

Dans son atelier situé dans une vaste cour du quartier Taouyah de Conakry, Ismaël Sayon Bangoura, explique  au microphone que c’est lui et un ami qui ont concrétisé l’idée en 2013. Rejoints par 10 autres jeunes, ils décident de rendre propre la plage de leur localité. Les pneus ramassés sont mis dans des plastiques bleus avant d’être transporté d’où le nom « sacs bleus ». La récolte est plutôt bonne et l’association loue deux camions pour  envoyer les pneus en question à son siège.

fauteuil fait à base de pneus

Quelle utilisation fait-on de ces pneus ramassés sur la plage ?

Ils sont transformés en pots de fleurs, en chaises, en fauteuils et ceintures. Pour y arriver, les membres de l’association  »les sacs bleus » dessinent leurs pièces en coupant les pneus à l’aide de couteaux.  Les autres outils sont des vis, rondelles et perceuses. Le produit avant d’être livré, reçoit plusieurs couches de peinture.

Pour fabriquer un pot de fleurs, il fallait une heure au départ, mais actuellement, 30 minutes suffisent.  Un fauteuil peut consommer plusieurs pneus alors qu’un pot de fleurs simple ne demande qu’un.

A combien les articles sont vendus?

Un pot de fleurs coûte 70 mille francs guinéens, environ 7 euros. Une chaise simple est livrée à 100 mille et un gros fauteuils à 400 mille.

Qui achète les produits des sacs bleus ?

En majorité, la clientèle est constituée d’expatriés et de quelques guinéens. Les pots de fleurs de l’association les sacs bleus sont présents sur quelques carrefours de Conakry à l’image des quartiers Minière, Taouyah, Ratoma et à l’échangeur du 8 novembre à l’entrée principale du centre-ville.

Mais aujourd’hui, on est loin de 2014 année pendant laquelle les clients se bousculaient pour acheter pots de fleurs, fauteuils ou chaises. Côté gouvernement, cette association qui participe au nettoyage des plages déplore le  manque de soutien du gouvernorat de Conakry et du ministère de l’environnement.

A ce jour, les sacs bleus confrontés à de multiples difficultés, sollicitent un appui des autorités et des ONG. Gangrenés par la misère. Certains des membres du groupe seraient déjà en Europe à la recherche dit-on d’une vie meilleure.

Mamadou Samba Sow  

Pour EarthGuinea.org

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.