1ière Plateforme de Médias en ligne pour le développement durable.

Guinée/Saison pluvieuse : menacés par les eaux usées, les habitants de Dixinn interpellent le gouvernement

0


Pendant cette saison de grandes pluies, nombreux sont des quartiers de Conakry qui sont plongés dans une situation chaotique. Dans certains endroits, les habitants sont obligés de traverser les eaux souillées pour rentrer dans leurs propres maisons.


Par exemple, dans le quartier Ecole Bora dans la commune de Dixin, les habitats vivent un calvaire depuis plusieurs jours. Entre les foyers, on peut apercevoir un grand fossé qui sert de passage d’une forte quantité d’eau usée qui déborde parfois pour entrer dans les concessions.


Il y a quelques jours, à cet endroit même, le gouvernement avait cassé certaines maisons pour entamer certains travaux de rénovation. Une initiative saluée par Mohamed Camara habitant du quartier, mais déplore le retard que prennent les travaux.


« Le problème de caniveau est une question développement. Mais le problème est que, ils ont commencé les travaux, ils ne peuvent pas les terminer. Maintenant quand l’eau vient ça crée des problèmes aux gens ».
Lors de son dernier passage, le gouvernement a souhaité à ce que les lieux soient déguerpis et réaménagés après les travaux. Sauf qu’après plusieurs jours sans suite favorable, les habitants qui ont accepté de quitter librement les lieux, craignent un problème de logement ailleurs.


« Nous sommes à la saison des pluies, quand tu déloges quelqu’un en ce moment, là où il va il risque de rencontrer des problèmes. Donc il y a des pères de familles qui sont là. Pourtant, ils n’ont pas donné de préavis, ils sont venus pour dire que le samedi ils vont commencer le travail. Et on a enlevé nos bagages, et ils ont commencé les travaux, mais on est content pour ça, parce que qu’on sait que le travail là va aller vite quand même. Mais en attendant, qu’est- ce qu’on va faire, nous », s’interroge-t-il.


Dans cette concession où la dame Zénab Cissé vit, l’eau a envahi toute la cour. Elles sont obligées de mettre les enfants au dos pour traverser, de peur qu’ils ne s’enfoncent dans les eaux usées d’une hauteur de quelques centimètres. « Parfois quand il pleut la nuit on ne dort pas jusqu’au matin. Et on n’a pas d’autre endroit où aller. Nous demandons à l’Etat de nous aider à sortir de cette situation, on a aussi des familles qui dépendent de nous. Notre mosquée est envahie par l’eau, même dans nos puits
l’eau est souillée. Actuellement, on est obligé d’aller chercher ailleurs ».


Il faut signaler que les habitants du quartier Dixinn Ecole Bora se disent prêts à quitter les lieux au cas où l’Etat acceptait de les indemniser.
Pendant ce temps, au quartier Mafanco dans la commune de Matam, le constat reste le même. Ici, la chaussée a failli être coupée en deux pendant toute la journée suite une forte pluie qui s’est abattue dans la matinée du mercredi 14 juillet. Les usagers étaient obligés rebrousser chemin vers les quartiers. Et chacun accusait le manque de curage des caniveaux d’être à la
base du calvaire.


A signaler que sur l’axe Hamdallaye-Sonfonia, plusieurs ouvrages de franchissement sont actuellement dans un état délabré.

A qui le droit d’intervenir ?

A suivre…
Sylla Youn, pour earthguinea.org

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.