1ière Plateforme de Médias en ligne pour le développement durable.

Gestion d’ordures à Conakry : ‘’Il y a une amélioration considérable ces derniers temps’’, selon un responsable de PME

0


La politique de gestion d’ordures dans la capitale Conakry instaurée depuis un moment  par les autorités commence à porter ses fruits, selon ce responsable de PME, Bachir Diallo. Le Directeur Général de la société dénommée ‘’Large Vision pour la Guinée’’ (LAVIGUI), estime que le secteur enregistre une nette amélioration par rapport aux années précédentes.

Pour Bachir Diallo cet activiste de l’assainissement qui évolue dans le ramassage des ordures au quartier Kissosso Plateau dans la commune de Matoto, son entreprise couvre environ 360 ménages dans la localité. Il soutient ses propos en ces termes.

« Au niveau de la gestion d’ordures à Conakry, je peux dire qu’il y a eu de l’amélioration par rapport aux années précédentes. Parce que par le passé, il y a eu même des éboulements au niveau de Dar-es-lam », dit-il.

Ce drame auquel il fait allusion a causé la mort de plusieurs personnes. Cependant, il demande aux autorités d’être vigilantes afin que cela ne se reproduise  plus.

« Il y avait trop d’ordures à Conakry, et parfois les routes étaient bloquées. Ce qui a interpellé même le gouvernement à s’impliquer pour faire de chaque dernier samedi du mois le jour de l’assainissement et de curage des caniveaux dans chaque quartier. Je crois que la vision c’était aussi d’éviter à la population ces genres de drames ».

Malgré ce succès, notre interlocuteur estime qu’il reste encore des chemins à parcourir. Il cite : « On ne peut pas dire qu’il y a eu une amélioration considérable, mais au moins nous sommes actuellement à 50 à 53 % d’évolution, parce qu’il y a encore quelques immondices qui restent stockées dans certains endroits de la ville ».

Selon lui, la gestion des ordures se manifeste à 3 niveaux ; il y a la pré-collecte, la collecte et le transfert. Ce troisième élément est le point de blocage qui fait que les PME perdurent encore à atteindre des résultats satisfaisants.

« Tout le problème que nous souffrons c’est parce qu’il n’y a pas de transfert. Nous pouvons charger nos engins sans avoir des points de regroupement où  de décharge. Normalement les PME ne devraient pas prendre des ordures de ménages et aller jusqu’à la décharge finale qui se trouve à Concasseur, on devrait déposer ces ordures à moins d’un kilomètre près ».

« Et quand on vient au niveau de la décharge, on vous dit souvent que c’est fermé pour des fins d’entretiens pendant trois à cinq jours. Or les populations ne peuvent pas vivre avec les ordures, surtout à la maison. Donc l’Etat devrait nous trouver de véritables points de regroupement ». a-t-il lancé.

En fin, il ajoutera : « la solution aujourd’hui interpelle l’Etat pour que les ménages s’abonnent. Et favoriser la création ou la réactivation des points de regroupement parce que chaque quartier avait un point de regroupement, mais aussi ils doivent nous aider au paiement en appliquant la politique de pollueur-payeur. Je crois qu’avec ces solutions nous allons voir que les choses vont évoluer avec des milliers d’emploi dans le pays ».

A rappeler qu’après sa mise en place, la Direction Générale de l’Agence Nationale de l’Assainissement et de la Salubrité Publique avait annoncé la mise en place d’une procédure pérenne de traitement des déchets. Selon elle, cette procédure travaillerait sur l’élaboration d’une stratégie qui viserait à la professionnalisation de la gestion des déchets en Guinée. 

Mais il reste à savoir, où en est-on avec le projet ?

A suivre…

Sylla youn, pour earthguinea.org

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.