Génération 2030- La population infantile africaine devrait augmenter de 170 millions d’ici à 2030

0 25

La croissance prévue de la population infantile en Afrique nécessitera une augmentation de plus de 11 millions de personnels qualifiés en éducation et en santé au cours de la prochaine décennie, pour pouvoir accompagner la transition démographique sans précédent du continent, selon l’UNICEF.

La population infantile africaine devrait augmenter de 170 millions d’ici à 2030, portant le nombre des moins de 18 ans du continent à 750 millions

 Selon GENERATION 2030 AFRIQUE 2.0 : Favoriser les investissements dans l’enfance pour bénéficier du dividende démographique, un nouveau rapport publié par l’UNICEF sur la démographie des enfants en Afrique et ses implications pour le continent et le monde.

Le rapport identifie les domaines clés dans lesquels des investissements sont nécessaires : les soins de santé, l’éducation, la protection et autonomisation des femmes et des filles. Concrètement, l’Afrique devra former 5,6 millions nouveaux agents de santé et 5,8 millions nouveaux enseignants au cours des 13 prochaines années, pour répondre aux normes internationales minimales en matière de santé et les objectifs de meilleures pratiques en matière d’éducation, en raison de la croissance rapide de la population.

Quelques chiffres marquants du rapport

    • Le changement exponentiel de la démographie est motivé par trois facteurs :plus d’enfants qui vivent au-delà de leur cinquième anniversaire, des taux de fécondité élevés et une augmentation du nombre de femmes en âge de procréer.
    • Le nombre d’habitants de l’Afrique doublera,de 1,2 milliard en 2016 à 2,5 milliards en 2050.
    • Le Nigeria représente actuellement 20% de toutes les naissances en Afrique et 5% du total mondial. D’ici 2050 selon les estimations, un enfant sur 13 né dans le monde le sera au Nigeria.
    • Entre 2015 et 2030, l’Afrique connaîtra une augmentation de 33% de la population en âge de fréquenter l’école primaire, passant de 189 millions à 251 millions. Les hausses les plus importantes auront lieu en Afrique de l’Ouest (22 millions) et en Afrique de l’Est (18 millions).
    • Actuellement, 40 % de la population africaine vit dans les villes, contre seulement 14% en 1950. À la fin des années 2030, la majorité de sa population vivra dans des zones urbaines. Selon les tendances actuelles, d’ici 2050, près de 60 % de la population africaine vivra dans les villes.
    • En s’appuyant sur les progrès remarquables réalisés pour les enfants en Afrique au cours des 25 dernières années, le potentiel d’un milliard d’enfants est vaste. Ces réalisations, qui devraient s’étendre aux générations futures, comprennent la réduction de moitié de la mortalité infantile, le nombre croissant d’enfants scolarisés, en particulier les filles, et le déclin rapide du mariage des enfants.
    • L’éducation des femmes est l’un des moyens les plus rapides de réduire la pauvreté et la fécondité, selon l’UNESCO. En Afrique subsaharienne, les femmes sans éducation ont en moyenne 6,7 naissances. Ce chiffre tombe à 5,8 pour celles qui ont fait des études primaires et à 3,9, pour celles qui ont fait des études secondaires.

 

Votre plateforme médias sur l’environnement et le développement durable

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.