Exploitation des forêts de Ziama et Diécké : la Guinée forestière met en garde

0 125

Une mission du ‘’collectif touche pas à ma forêt’’ séjourne actuellement à Macenta,  Nzérékoré et Diécké. Elle sensibilise la population locale sur les dangers que représente la décision du gouvernement de livrer les forêts classées de Ziama et Diécké à la société forêt forte pour leur exploitation. Partout, un appel ferme est lancé aux autorités.

La première étape de cette tournée est Macenta qui abrite la forêt de Ziama d’une superficie de 119 mille hectares. Ce patrimoine est dans le viseur du gouvernement qui a donné le feu vert aux chinois de forêt forte de l’exploiter. Elle est pourtant reconnue réserve mondiale de biosphère par l’UNESCO depuis 1981. Les fils de Macenta à l’image de Guilavogui Robert du ‘’collectif touche pas à ma forêt’’ comptent agir ‘’nous avons toutes la documentation qui prouve que cette forêt fera l’objet dans un futur très proche d’une exploitation par la société forêt forte. Nous dirons non et non à l’exploitation de cette forêt !’’

Les initiatives se multiplient pour contrer le gouvernement. Des manifestations de grande envergure sont annoncées pour le 3 février à Diécké, Sérédou, Macenta et même Nzérékoré. Koïvogui Joseph, responsable de la jeunesse de Macenta assure que dans sa préfecture, les démarches sont en cours pour que la marche se tienne samedi.

La coordination des sages à travers son chef tient à la préservation des forêts de Ziama et Dické. Le message du doyen Döbö Sovogui destiné au président Alpha Condé est très clair : ‘’ On ne peut pas toucher la forêt de Ziama à l’insu du monde. Je peux parler devant Alpha (NDLR : le président de la république) ce que c’est, cette forêt. Il ne peut pas, il ne doit pas, il ne peut pas. On ne peut pas être jaloux de la Guinée forestière jusqu’à ce point. Ça me fait pleurer quand on me dit qu’on veut exploiter Ziama. Ce n’est pas possible !’’

Pour le cas spécifique de la forêt de Ziama, elle hébergerait 22 espèces de mammifères en danger dont l’hippopotame Pygmée. Sa diversité biologique fait d’elle, la plus importante de toutes les forêts humides ouest-africaines.

Par ailleurs, les membres du collectif ont pris part au meeting du chef de l’Etat mercredi à Nzérékoré avec une banderole qui rappelle que les forêts de Ziama et Diécké sont menacées. A la fin de la réception, ils ont été reçus par Sékou Souapé Kourouma membre influent du RPG et compagnon de lutte du président Alpha Condé. Ce dernier a promis que les différentes parties vont s’assoir pour privilégier l’intérêt supérieur du pays.

Au niveau du centre forestier de Nzérékoré, les responsables soutiennent qu’ils ne sont ni de près, ni de loin associés à l’exploitation du bois.

Pointé du doigt dans la dégradation de l’environnement, la société Forêt Forte à travers son directeur général Jean Marie Petit a déclaré qu’il ne peut recevoir qu’un seul membre du collectif Touche pas à ma forêt ajoutant que la rencontre ne nécessite pas la présence des journalistes. Pour lui, certains hommes de médias manquent de professionnalisme.

Mamadou Samba Sow

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.