COP24: pourquoi le nouvel accord sur le climat déçoit

0 2 018

l d’application de l’Accord de Paris. Signé en 2015, ce texte international crucial visait à limiter le réchauffement climatique, sous le seuil des +2°C par rapport à l’ère préindustrielle, il y a 150 ans.

Et pourtant, le champagne risque de rester au frais. S’il est cohérent par rapport à sa feuille de route, le bilan de cette 24e Conférence climat de l’ONU, ou COP24, est déjà critiqué par plusieurs observateurs. Nombre d’entre eux regrettent un manque d’ambition. Dont Laurent Fabius, qui avait justement présidé la COP21 à Paris. « L’accord de Katowice existe malgré un contexte international difficile et conforte ainsi l’accord de Paris, mais il est clair que la lutte contre le changement climatique ne va ni assez vite ni assez loin », a déclaré l’ancien ministre des Affaires étrangères.

Du côté des associations environnementales, la critique se fait encore plus vive. « Ce que nous avons vu en Pologne révèle un manque profond de compréhension de la crise actuelle de la part de certains pays », relève Manuel Pulgar-Vidal, le directeur du réseau mondial Climat et Energie au sein de l’organisation WWF.

Pourquoi cet accord mondial pour sauver le climat déçoit-il ? Plusieurs raisons expliquent le décalage entre les attentes et ce que la COP24 vient d’accomplir.

1) L’inertie du calendrier institutionnel

Ces conférences internationales trahissent la difficulté de fixer à presque toutes les nations de la planète un objectif commun. Et surtout la complexité d’un tel processus. Les COP existent depuis 1995 afin de porter le cadre des discussions établi par l’ONU trois ans plus tôt, à Rio de Janeiro. Chacune endosse un rôle particulier, de manière cyclique. Certaines conférences préparent un nouveau canevas législatif, comme celui signé à Paris, puis les conférences suivantes le font adopter. D’autres visent ensuite à déterminer la réalité pour chaque pays de ces accords : c’était la mission de celle de Katowice.

INFOGRAPHIES >> L’humanité émet toujours plus de CO2 en 2018

L’express

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.