La FAO et la Nouvelle banque de développement unissent leurs forces en vue de réaliser le Programme de développement durable

0 515

Pour leur premier partenariat du genre, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture et la Nouvelle banque de développement (NDB) vont intensifier leurs efforts afin d’aider les pays à réaliser les Objectifs de développement durable, en prêtant particulièrement attention à la protection des ressources hydriques et de celles liées au sol.

Le Président de la NDB, M. K V Kamath, et le Directeur général de la FAO, M. José Graziano da Silva, se sont rencontrés aujourd’hui à Shanghai pour jeter les bases d’un accord formel qui devrait bientôt être finalisé. Il s’agira de la première coopération du genre entre la NDB et l’agence des Nations Unies.

  1. José Graziano da Silva a souligné que 265 milliards de dollars en ressources supplémentaires seront nécessaires pour mettre un terme à la pauvreté et à la faim d’ici à 2030 – soit deux des Objectifs de développement durable fixés par la communauté internationale.

«Pour réaliser les ODD à temps – il nous reste moins de 12 ans – nous avons besoin d’un financement engagé et stable. L’alimentation et l’agriculture, l’eau et l’assainissement, l’énergie et les infrastructures de transport peuvent – et doivent – y contribuer de manière significative. C’est pourquoi, aujourd’hui, la FAO est ravie d’unir ses forces à celles de  la Nouvelle banque de développement de manière à ce qu’ensemble nous puissions nous appuyer sur nos atouts et être à l’origine de résultats concrets dans les pays que nous aidons», a déclaré le Directeur général de la FAO.

«Renforcer la collaboration entre la NDB et la FAO représente une étape importante pour faire coïncider les activités de nos institutions aux efforts de développement des Etats membres. Ce partenariat permettra de mieux exploiter l’expertise de la FAO en matière de développement et en tant que gardienne de 21 indicateurs des ODD, ainsi que la capacité de la NDB à mobiliser des ressources pour des projets d’infrastructures et de développement durable dans des pays en développement et des pays émergents», a indiqué M. K V Kamath,  Président de la NDB.

Grâce à ce partenariat, la FAO et la NDB ont pour objectif de développer et de mettre en œuvre des programmes et projets liés à l’alimentation et l’agriculture et aux infrastructures rurales, dont font notamment partie des domaines tels que l’eau et l’irrigation, une utilisation durable des terres, une gestion durable des sols et la lutte contre la désertification.

Les activités de ce partenariat pourraient inclure le partage des connaissances et de l’expérience, la promotion de solutions innovantes, une coopération technique et des recherches conjointes.

La NDB, auparavant appelée la Banque de développement du BRICS, est une banque de développement multilatérale créée par les pays du BRICS – le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud – en juillet 2015 et est opérationnelle depuis février 2016. La Banque a pour mission de mobiliser des ressources pour des projets de développement durable et d’infrastructure en vue de soutenir la croissance et le développement dans le monde. Jusqu’à ce jour, la Banque a approuvé 26 projets, dans tous ses pays membres, pour des investissements se chiffrant à plus de 6,5 milliards de dollars. Les opérations de la Banque se focalisent sur des domaines clés tels que l’énergie propre, les infrastructures de transport, la gestion de l’eau, l’assainissement et le développement urbain durable.

La FAO, une agence technique des Nations Unies qui supervise les efforts internationaux visant à lutter contre la faim, regroupe plus de 194 Etats membres et travaille avec plus de 130 pays à travers le monde.

La FAO a des accords avec 30 Institutions de financement international (IFI) et d’autres partenaires qui investissent dans l’agriculture. Depuis 1964, l’investissement total de la FAO et de ses partenaires est estimé à plus de 120 milliards de dollars. L’année dernière, cet investissement s’élevait à 6,5 milliards de dollars, un montant rendu possible grâce à l’aide de la Banque mondiale, du Fonds international de développement agricole (FIDA), de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, ainsi que d’autres banques.

31 octobre 2018, Shanghai/Rome

Source FAO

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.