Rapport Annuel 2017 de la Banque Mondiale

#ENDPOVERTY

0 100

La mission du Groupe de la Banque mondiale s’articule autour de deux objectifs ambitieux
mais réalisables :

La mission du Groupe de la Banque mondiale s’articule autour de deux objectifs ambitieux
mais réalisables :

-Mettre fin à l’extrême pauvreté d’ici 2030 en abaissant le pourcentage de personnes disposant de moins de 1,90 dollar par jour pour vivre

 

-Promouvoir une prospérité partagée en stimulant la croissance des revenus des 40 % les plus pauvres de la
population dans chaque pays.

Selon le Président du Groupe de la Banque Mondiale, au cours de l’exercice écoulé, le Groupe de la Banque mondiale a engagé plus de 61 milliards de dollars sous forme de prêts, de dons, de prises de participation ou
de garanties au profit de ses membres et d’entreprises privées. La Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) a enregistré une demande soutenue de ses services de la part de ses clients et engagé un montant total de 22,6 milliards de dollars. Pour sa part, l’Association internationale de développement (IDA), notre fonds pour les plus pauvres, a fourni 19,5 milliards de dollars pour aider les pays qui en avaient le plus besoin à faire face à leurs problèmes les plus épineux.

 »Nous nous sommes engagés à intensifier considérablement les interventions de l’IDA à l’appui du développement au moyen de financements innovants. Nous utilisons par exemple les fonds propres de l’Association comme levier en combinant les contributions des donateurs, les ressources internes et les fonds levés sur les marchés obligataires. Grâce à ces efforts et au soutien solide et constant de nos partenaires,
nous sommes parvenus à un niveau record de reconstitution des ressources pour IDA-18, soit 75 milliards de dollars. Alors que l’exercice 18 démarre, nous utilisons de nouveaux outils, tels que le Guichet de promotion du secteur privé financé à hauteur de 2,5 milliards de dollars, pour mobiliser des capitaux privés en faveur des pays les plus pauvres. » A soutenu Dr Kim.

La Société financière internationale (IFC) et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), nos deux institutions qui se consacrent au développement du secteur privé, mènent des initiatives pour créer des marchés et attirer les investissements du secteur privé dans les pays en développement.

IFC a consenti des financements considérables en appui au développement du secteur privé — environ 19,3 milliards de dollars, dont 7,5 milliards de dollars mobilisés auprès de partenaires d’investissement. Sur ce montant total, près de 4,6 milliards de dollars ont été alloués à des pays IDA et près de 900 millions de dollars à des zones fragiles et touchées par des conflits.

La MIGA a émis des garanties contre des risques politiques et pour des opérations de rehaussement de crédit à hauteur de 4,8 milliards de dollars afin d’amener les investisseurs privés et les prêteurs à s’intéresser aux pays en développement.

Quarante-cinq pour cent des projets soutenus au cours de l’exercice 17 étaient menés dans des pays admis à emprunter à l’IDA et 21 % dans des pays touchés par des conflits et en situation de fragilité.

Le Groupe de la Banque mondiale s’emploie à disposer des connaissances, des ressources et des outils nécessaires pour être efficace et souple face aux mutations rapides. Il est disposé à accroître et à renforcer son engagement à aider les pays à relever leurs défis de développement, à promouvoir l’égalité des chances et à donner
à chaque être humain la possibilité de réaliser ses aspirations.

Atteindre ces objectifs suppose, pour le Groupe de la Banque mondiale, de travailler avec ses partenaires des secteurs public et privé, de collaborer avec la société civile et les gouvernements des pays, et de faire participer les
bénéficiaires et parties prenantes sur le terrain afin de s’assurer de donner à chaque individu la possibilité de réaliser pleinement son potentiel.

En poursuivant ces objectifs, le Groupe de la Banque concentrera son action dans trois domaines prioritaires :

Accélérer le rythme d’une croissance économique durable et inclusive — la voie la plus sûre pour sortir de la pauvreté.

 

 

Investir dans la population pour accroître le capital humain — afin que chaque individu puisse concrétiser la possibilité qui lui est offerte de réussir dans l’économie du XXIe  siècle.

Promouvoir la résilience aux chocs et aux menaces d’envergure mondiale — pour se préparer à relever les défis qui pourraient compromettre les acquis de la lutte contre la pauvreté.

 

Le Groupe de la Banque mondiale s’attaque aux problèmes d’envergure mondiale susceptibles de toucher chaque individu — en mobilisant des ressources, en créant des marchés et en poursuivant à grande échelle des solutions
porteuses d’innovations. Il est convaincu que le monde que tout un chacun souhaite — celui où personne ne vit dans le dénuement et où chaque individu a la possibilité de mener une vie meilleure — est possible.

De plus amples informations sont disponibles, EarthGuinea.org vous livre le rapport 2017 de la Banque Mondiale.

D’autres liens utiles sont directement accessibles en cliquant sur les  liens ci-dessous:

• Rapport annuel 2017 : worldbank.org/annualreport
• Résultats du travail de la Banque mondiale : worldbank.org/results
• Données en libre accès de la Banque mondiale : data.worldbank.org
• Fiches de performance institutionnelle : scorecard.worldbank.org
• Responsabilité institutionnelle : worldbank.org/corporateresponsibility
• Accès à l’information : worldbank.org/en/access-to-information

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.